Glossaire

  • - A -

    Aléa :

    Nature, occurrence, intensité et durée d'un phénomène menaçant.  (Source : IFEN)

    Alluvions :

    Sédiments déposés dans le lit des cours d'eau et constitués de matériaux différents (limons, sables et graviers). Ils peuvent contenir une nappe alluviale qui est le plus souvent la nappe d'accompagnement du cours d'eau, avec lequel elle communique : en période de crue, une partie de l'eau s'infiltrera pour recharger la nappe, tandis qu'au contraire en cas d'étiage, le débit du cours d'eau sera soutenu par l'écoulement de la nappe qu'il draine.

    Altérations :

    Ensemble de paramètre pris en compte pour déterminer un type de pollution.

    Amont :

    Partie d’un cours d’eau ou bassin versant comprise entre un point considéré et la source (a mont = vers la montagne).

    AMPA :

    Composé chimique, l’acide aminométhylphosphonique est un des sous-produits de la dégradation (ou métabolite) du glyphosate (désherbant).

    Annexe hydraulique :

    Ensemble en relation permanente ou temporaire avec le milieu courant par des connections soit superficielles soit souterraines (îles, bras morts, prairies inondables, boires…).

    Aquifère :

    Ensemble des formations géologiques suffisamment perméables et poreuses pour permettre les écoulements verticaux et transversaux de l'eau mais aussi son emmagasinement.

    Arrêté de biotope :

    Arrêté préfectoral pris après avis de la commission départementale des sites, il tend à favoriser sur tout ou partie du territoire d'un département la conservation des milieux nécessaires à l'alimentation, à la reproduction, au repos ou à la survie des espèces animales et végétales à protéger (code rural).

    Assainissement :

    Ensemble de techniques de collecte des eaux usées et de leur traitement avant rejet dans le milieu naturel.

    Assec :

    Situation de rupture d’écoulement d’un cours d’eau.

    Atrazine :

    Composé chimique de la famille des triazines, désherbant du maïs avec une grande persistance dans le milieu. Ce composé est interdit depuis le 30 septembre 2003. Sa dégradation entraîne la formation de sous-produits comme la déséthylatrazine.

    Atrazine désthyl :

    Composé chimique sous-produit de la dégradation (ou métabolite) de l’atrazine (désherbant).

    Atrazine-2 hydroxy :

    Composé chimique sous-produit de la dégradation (ou métabolite) de l’atrazine (désherbant).

    Aulne :

    Espèce d’arbre vivant au bord des cours d’eau

    Aval :

    Partie d’un cours d’eau ou d’un bassin versant comprise entre un point considéré et l’embouchure ou la confluence (a val = vers la vallée).

    Haut de page
  • - B -

    Bactérie :

    Micro-organisme unicellulaire extrêmement petit. Leur forme est très variable, pouvant vivre en saprophytes (vivant aux dépens des matières organiques), ou comme parasite de l'homme, des animaux et des plantes.

    Bande enherbée :

    Bande en herbes en bord de parcelle, située principalement le long des cours d’eau qui agit comme une zone tampon en interceptant et filtrant les écoulements de surface.

    Barrage :

    Voir ouvrage hydraulique.

    Bassin d’alimentation de Captage (BAC) :

    Surface sur laquelle l'eau qui s'infiltre ou ruisselle alimente une ressource en eau actuellement utilisée pour l'alimentation en eau potable.

    Bassin hydrographique :

    Terme utilisé pour désigner les grands bassins versants. La France se découpe en 6 bassins hydrographiques, le bassin Rhône-Méditerranée-Corse, Adour-Garonne, Seine-Normandie, Rhin-Meuse, Artois-Picardie et Loire-Bretagne.

    Bassin versant :

    Surface réceptrice des eaux d’un cours d’eau délimitée par la ligne de crête encore appelée ligne de partage des eaux. Une commune peut avoir sur son territoire plusieurs bassins versants.

    Bentazone :

    Composé chimique de la famille des diazines, herbicide sélectif utilisé en agriculture sur les légumineuses notamment.

    Benthiques :

    Relatif au benthos.

    Benthos :

    Le benthos désigne l'ensemble des animaux benthiques, c'est-à-dire l'ensemble des animaux qui vivent posés ou fixés sur le fond des écosystèmes aquatiques. Par exemple les larves de libellules, les écrevisses, les moules d'eau douce. Le benthos est à différencier du pélagos qui désigne les animaux vivant dans la lame d'eau (par exemple les poissons).

    Berge :

    Partie hors d’eau d’un cours d’eau caractérisée par sa forme transversale, sa composition et sa végétation.

    Bief :

    Canal d'amenée à un ouvrage hydraulique.

    Boire :

    Annexe hydraulique du cours d’eau (généralement correspondant à un ancien bras fonctionnel). Le contour de ces milieux aquatiques est souvent imprécis du fait de l’extension et de la faible pente de leurs berges.

    Boues activées :

    Amas biologique (flocs) formé, au cours du traitement d'une eau résiduaire par la croissance de bactéries et d'autres microorganismes en présence d'oxygène dissous. Système d’épuration utilisé pour réduire les pollutions organiques des eaux résiduaires.

    Haut de page
  • - C -

    Captage :

    Dispositif par lequel on puise (source, sous-sol, cours d’eau) l'eau nécessaire à un usage donné.

    Caractéristiques morphologiques des cours d'eau :

    (ou caractéristiques morphodynamiques ou Hydromormophologie) : Ensemble de paramètres physiques naturelles des rivières et de leurs annexes hydrauliques (variations de profondeur, de courant, structure et substrat du lit, structure de la rive, pente, sinuosité du lit...).

    Caractéristiques physico-chimiques des eaux :

    Ensemble de paramètres physico-chimiques de l'eau : matières organiques, matières azotées, phosphorées, matières en suspension (MES).

    Champ captant :

    Zone englobant un ensemble d’ouvrages prélevant de l’eau souterraine d’une même nappe.

    Champs d'expansion de crue :

    ou Zones d'expansion des crues : Les zones d'expansion des crues sont des espaces naturels ou aménagés où se répandent les eaux lors du débordement des cours d'eau (lit majeur). L'expansion momentanée des eaux diminue la hauteur maximum de la crue et augmente sa durée d'écoulement. Cette expansion participe à la recharge de la nappe alluviale et au fonctionnement des écosystèmes aquatiques et terrestres. En général, on parle de zone d'expansion des crues pour des secteurs pas ou peu urbanisés et peu aménagés.

    Chemin de halage :

    Chemin dégagé longeant la berge, lié au mode ancien  de traction des péniches appelé halage.

    Chlorophylle :

    Matière colorante verte des plantes jouant un rôle essentiel dans l’assimilation du carbone par les plantes (photosynthèse).

    Clapet :

    Ouvrage hydraulique sur un cours d’eau destiné à assurer une régulation de la ligne d’eau en particulier en période d’étiage.

    Collectivité territoriale (ou collectivités locales) :

    Personnes morales de droit public distinctes de l’État qui bénéficient à ce titre d’une autonomie juridique et patrimoniale.

    Composés Organiques Volatils (COV) :

    Regroupe plusieurs milliers de composés chimiques aux caractéristiques très variables ayant un impact direct sur la santé (certains sont toxiques ou cancérigènes). Ce sont des gaz et des vapeurs qui contiennent du carbone, comme les vapeurs d'essence et des solvants.

    Contrat Régional de Bassin Versant (CRBV) :

    Contrat d'aides financières mis en place par le Conseil régional afin de mettre en oeuvre les programmes d'actions prévus dans les Schémas d'aménagement et de Gestion des Eaux.

    Contrat Territorial (CT) :

    Mesure financière de  l’Agences de l’eau Loire-Bretagne qui peuvent être multithématiques ou spécifiques : Milieux aquatiques (CTMA), Pollutions Diffuses, Captage Prioritaire (CTCP).

    Corridor fluvial :

    Ensemble du fleuve et de ses annexes hydrauliques (boires, zones humides associées, prairies…)

    Crue :

    Phénomène caractérisé par une montée des eaux et du débit d’un cours d’eau avec débordement parfois du lit mineur.

    Cultures intermédiaires Pièges à Nitrates (CIPAN) :

    Couvert (repousses ou espèce implantée) présent pendant la période d’interculture avec pour objectif le piégeage de l’azote à l’automne.

    Cyanobactéries :

    Cyanobactéries est le nom scientifique de bactéries ressemblant à des algues microscopiques, qui flottent à la surface ou dans la masse d'eau. Certaines d’entre elles émettent des toxines lors de leur dégradation.

    Source : http://pays-de-la-loire.sante.gouv.fr/Opens external link in new window

    Haut de page
  • - D -

    Débit :

    Volume d’eau qui traverse une section de cours d’eau par unité de temps exprimé en m3/s ou l/s pour les plus petits cours d’eau.

    Déclaration d'Utilité Publique (DUP) :

    Acte administratif reconnaissant le caractère d'utilité publique à une opération projetée par une personne publique ou pour son compte, après avoir recueilli l'avis de la population à l'issue d'une enquête d'utilité publique.

    Déclaration d’Intérêt Général (DIG) :

    La DIG est une procédure instituée par la loi sur l’eau de 1992 qui permet à un maître d’ouvrage d’entreprendre l’étude, l’exécution et l’exploitation de tous travaux, ouvrages et installations présentant un caractère d’intérêt général ou d’urgence, visant l’aménagement et la gestion de l’eau (art. L. 211-7 du Code de l’Environnement).

    Délégation de Service Public :

    La délégation de service public (DSP) est l'ensemble « des contrats par lesquels une personne morale de droit public confie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé.

    Dénitrification :

    Réduction des nitrates en azote gazeux par des bactéries en situation d’anoxie (=milieu dépourvu d’oxygène).

    Déphosphatation :

    Equipement sur une station d’épuration destiné à réduire la pollution en phosphore rejetée dans le milieu.

    Déversoir :

    Ouvrage permettant l’écoulement d’un trop-plein d’un étang, d’un canal, d’une retenue.

    Diatomées :

    Algues brunes siliceuses microscopiques qui colonisent les différents substrats présents dans le lit des cours d’eau. Leur dénombrement et leur détermination permet de calculer l’Indice Biologique Diatomée (IBD).

    Directive Habitats :

    Directive 92/43/CEE du 21 mai 1992, concernant la conservation des habitats naturels (ou milieux naturels) ainsi que de la faune et de la flore sauvages. L'ensemble des listes des sites sélectionnés, dressées par chaque État membre, constituera le réseau européen Natura 2000.

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    Directive Nitrates :

    Adoptée le 12 décembre 1991, s’attache à lutter contre la pollution des eaux par les nitrates, notamment d’origine agricole. Elle repose principalement sur deux mesures : l’adoption de bonnes pratiques agricoles et des programmes d’actions.

    Diuron :

    Composé chimique de la famille des urées substituées, désherbant total à usage agricole et non agricole. Son utilisation est interdite en préparation seule depuis le 30 juin 2003.

    Haut de page
  • - E -

    Eaux résiduaires :

    Voir eaux usées.

    Eaux souterraines :

    (voir aussi aquifères) : Toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol en contact direct avec le sol ou le sous-sol et qui transitent plus ou moins rapidement (jour, mois, année, siècle…) dans les fissures ou les pores en milieu saturé ou non.

    Eaux superficielles ou de surface :

    Toutes les eaux qui se trouvent sur la surface de la terre (Cours d’eau, lacs, mers…).

    Eaux usées (eaux résiduaires) :

    Eaux ayant été utilisées par l’Homme. On distingue les eaux usées d’origine domestique, industrielle ou agricole.

    Ecosystème :

    Ensemble des êtres vivants (ou biocénose), des éléments non vivants et climatiques et géologiques (biotopes) qui sont liés et interagissent entre eaux et qui constitue une unité fonctionnelle de base en écologie. On peut parler d’écosystème aquatique ou milieu aquatique.

    Effacement :

    Ouverture permanente (pour les ouvrages hydrauliques).

    Embâcle :

    Accumulation de débris végétaux auxquels viennent souvent s'ajouter des déchets d'origine anthropique qui sont retenus par un obstacle placé accidentellement dans le lit mineur.

    Epandage :

    Action consistant à répandre une matière solide ou liquide sur une surface (effluents d'élevage, amendements, engrais, produits phytosanitaires, boues de station d’épuration,...).

    Epi :

    Ouvrage établi suivant un certain angle d’un cours d’eau pour fixer la forme de son lit (épi de Loire).

    EqH ou EH :

    (Équivalent Habitant ou Eq. /Hab) : c'est une unité d'évaluation de la pollution, redéfinie par la directive européenne de 1991 relative au traitement des eaux résiduaires urbaines, correspondant à une charge organique biodégradable ayant une DBO5 (demande biochimique en oxygène de cinq jours) de 60 g par jour.

    Etude diagnostic d’assainissement :

    Etude destinée à apprécier l’efficacité d’un réseau d’assainissement et de sa station d’épuration pour assurer la collecte et l’élimination de la pollution.

    Eutrophisation :

    Enrichissement des cours d'eau et des plans d'eau en éléments nutritifs, essentiellement le phosphore et l'azote qui constituent un véritable engrais pour les plantes aquatiques. L'eutrophisation se manifeste par la prolifération excessive des végétaux dont la décomposition provoque une diminution notable de la teneur en oxygène. Il s'en suit, entre autres, une diversité animale et végétale amoindrie et des usages perturbés (Alimentation en Eau Potable - AEP, loisirs, ...).

    Haut de page
  • - -

    Étiage :

    Période de l’année où le débit des cours d’eau atteint statistiquement sur plusieurs années sa valeur la plus basse. Les étiages sont définis à partir de différentes données statistiques.

    Haut de page
  • - F -

    Forage :

    Action de forer (creuser), lieu où l’on fore.

    Frayère :

    Lieu de reproduction des poissons.

    Haut de page
  • - G -

    Glyphosate :

    Composé chimique de la famille des amino-phosphonates, désherbant total utilisé par les particuliers, les collectivités et les agriculteurs. Sa dégradation entraîne la formation de sous-produits dont l’AMPA.

    Haut de page
  • - H -

    Halieutique :

    Qui concerne la pêche.

    Hydraulique :

    Science, technique des liquides en mouvement. Qui utilise l’énergie statique ou dynamique de l’eau.

    Hydro-écorégions :

    Région reliée à la géologie, au relief et au climat.

    Hydro-morphologie :

    Etude de la morphologie et de la dynamique des cours d’eau. (Voir aussi Caractéristiques morphologiques des cours d'eau).

    Hydrogéologie :

    Science des eaux souterraines, comprise dans les sciences de la Terre. L'hydrogéologie réunit la connaissance des conditions géologiques et hydrologiques et des lois physiques qui régissent l'origine, la présence, les mouvements et les propriétés des eaux souterraines, ainsi que les applications de ces connaissances aux actions humaines sur les eaux souterraines, notamment à leur prospection, à leur captage et à leur protection.

    Source : d'après BRGM.

     

    Hydrogéologique :

    Se rapportant à l'hydrogéologie.

    Hydrologie :

    Etude des eaux et de leurs propriétés.

    Hydrologique :

    Relatif à l’hydrologie.

    Hydrométrie :

    Science qui étudie les propriétés physiques des liquides.

    Haut de page
  • - I -

    IBD :

    Indice Biologique Diatomée : voir page dédiée

     

    IBG :

    Indice Biologique Global : voir page dédiée

     

    IBG DCE :

    Indice Biologique Global adapté à la Directive Cadre sur l'Eau : voir page dédiée

     

    IBGA :

    Indice Biologique Global Adapté : voir page dédiée

     

    IBGN :

    Indice Biologique Global Normalisé : voir page dédiée

     

    IBMR :

    Indice Biologique Macrophyte en Rivières : voir page dédiée

     

    Imidaclopride :

    Pesticide ayant un effet insecticide de la famille chimique des néonicotinoïdes. Produit systémique c'est-à-dire qu'il se diffuse dans tout l'organisme de la plante.

     

    Indices biologiques :

    voir page dédiée

     

    Inondation :

    Submersion lente ou rapide d'installations ou habitations, liée au débordement des eaux lors d'une crue ou d'un ruissellement consécutif à des évènements pluvieux.
    Source : d'après Agence de l'eau Rhin-Meuse.

     

    Installations Classées Pour l’Environnement (ICPE) :

    D’après le Livre V, Titre I, art. L 511-1 du Code de l’environnement (ancienne loi du 19 juillet 1976), une installation classée pour la protection de l’environnement est une installation fixe dont l’exploitation présente des risques pour l’environnement (exemples : usines, élevages, entrepôts, carrières,…). La nomenclature des installations classées fixe la liste des substances et des activités auxquelles sont affectés des seuils (quantité de produits, surface de l’atelier, puissance des machines, nombre d’animaux,…). En fonction du dépassement de ces seuils, il existe deux régimes : déclaration ou autorisation.

     

    IPR :

    Indice Poisson Rivières : voir page dédiée

     

    Isoproturon :

    Composé chimique de la famille des urées substituées, désherbant des céréales.

     

    Haut de page
  • - L -

    Lagune ou lagunage :

    Bassins ou étangs créés pour l’épuration des eaux usées par l’action naturelle oxydante des micro-organismes.

    Limnigraphique :

    Relatif à la mesure du niveau d’eau.

    Lit majeur :

    Lit maximum qu’occupe un cours d’eau dans lequel l’écoulement ne s’effectue que temporairement lors du débordement des eaux hors du lit mineur en période de très hautes eaux.

    Lit mineur :

    Partie du lit compris entre des berges marquées dans laquelle la totalité de l’écoulement des eaux du cours d’eau s’effectue la plupart du temps en dehors des hautes eaux et des crues débordantes. Il peut y avoir plusieurs chenaux d’écoulement.

    Haut de page
  • - M -

    Macro-invertébrés (voir aussi benthos) :

    Invertébrés visibles à l’œil nu. Les macro-invertébrés benthiques sont des organismes polluo-sensibles qui témoignent de la qualité de l’eau et de la diversité des habitats des cours d’eau. Leur dénombrement et leur détermination permettent le calcul de l’Indice Biologique Général Normalisé (IBGN).

    Macrophytes :

    Les macrophytes représentent le peuplement végétal aquatique visible à l'œil nu. La détermination de certains groupes permet le calcul de l’indice Biologique Macrophytes en Rivière (IBMR).

    Macropolluants :

    Ensemble de substances (matières oxydables, azote, phosphore…) dont la toxicité ne s’exerce dans l’eau qu’à partir d’une concentration élevée (de l’ordre du milligramme par litre).

    Maître d’ouvrage :

    Personne publique ou privée pour le compte de laquelle des travaux ou opérations sont réalisés. Responsable de la bonne utilisation des fonds, il effectue le paiement des travaux et opérations.

    Maître d’œuvre :

    Personne ou entreprise chargée de diriger la réalisation de travaux pour le compte du maître d’ouvrage (le financeur).

    Masse d'eau :

    Masse d’eau : Portion de cours d’eau, canal, aquifère, plan d’eau ou zone côtière homogène. Il s'agit d'un découpage élémentaire des milieux aquatiques destinée à être l'unité d'évaluation de la directive cadre sur l'eau 2000/60/CE. Les masses d'eau sont regroupées en types homogènes qui servent de base à la définition de la notion de bon état. 

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    Masses d’eau Fortement Modifiée ou MEFM :

    Masse d'eau de surface ayant subi certaines altérations physiques dues à l'activité humaine et de ce fait fondamentalement modifiée quant à son caractère. Du fait de ces modifications la masse d’eau ne peut atteindre le bon état. Si les activités ne peuvent être remises en cause pour des raisons techniques ou économiques, la masse d'eau concernée peut être désignée comme fortement modifiée et les objectifs à atteindre, conformément à la directive cadre sur l'eau 2000/60/CE, sont alors ajustés : elle doit atteindre un bon potentiel écologique. L'objectif de bon état chimique reste valable, une masse d'eau ne pouvant être désignée comme fortement modifiée en raison de rejets polluants.

    Source : d'après Agence de l'eau Rhin-Meuse.

    Mesures agro-environnementales (MAE) :

    Mesure visant une meilleure prise en compte de l'environnement (protection des eaux,...) dans les pratiques agricoles. Les mesures agri-environnementales (MAE) se traduisent par des aides ou des rémunérations accordées aux agriculteurs ayant des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement sous la forme d'un engagement contractuel entre l'Etat, l’Europe et des exploitants agricoles pour une durée de 5 à 10 ans (voire 20 ans).

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    Métaldéhyde :

    Pesticide ayant un effet molluscicide, notamment employé pour détruire les limaces ou autres gastéropodes.

    Métolachlore :

    Herbicide servant à détruire les graminées qui s'attaquent à la culture du maïs.

    Micropolluant :

    Produit actif minéral ou organique susceptible d’avoir une action toxique à de faibles concentrations (de l’ordre du microgramme ou milligramme par litre ou par kilogramme) : pesticides, antibiotiques, désinfectants, détergents….

    Milieu :

    Terme général désignant un ensemble présentant des conditions de vie particulières (milieu aquatique, milieu montagnard…).

    Module de l’année :

    Débit moyen du cours d’eau calculé sur une année.

    Module interannuel :

    Débit moyen calculé sur plusieurs années (au moins 10 ans).

    Moine :

    Système de vidange d’un plan d’eau permettant l’évacuation des eaux du fond.

    Morphodynamique :

    Voir Caractéristiques morphologiques des cours d’eau.

    Haut de page
  • - N -

    Nappe alluviale :

    Volume d’eau contenu dans les terrains alluviaux en relation avec un cours d’eau.

    Source : d'après BRGM.

    Nappe captive :

    Volume d'eau souterraine généralement à une pression supérieure à la pression atmosphérique car isolée de la surface du sol par une formation géologique imperméable. Une nappe peut présenter une partie libre et une partie captive. Les nappes captives sont souvent profondes, voire très profondes (1000 m et plus).

    Source : d'après BRGM.

    Nappe d’eau souterraine :

    Ensemble de l'eau contenue dans une fraction perméable de la croûte terrestre totalement imbibée, conséquence de l'infiltration de l'eau dans les moindres interstices du sous-sol et de son accumulation au-dessus d'une couche imperméable. Les nappes d'eaux souterraines ne forment de véritables rivières souterraines que dans les terrains karstiques. 

    Source : d'après BRGM.

    Nappe libre :

    Volume d'eau souterraine dont la surface est libre c'est-à-dire à la pression atmosphérique. La surface d'une nappe libre fluctue donc sans contrainte. Ces nappes sont souvent peu profondes.

    Source : d’après BRGM.

    Natura 2000 :

    Voir Directive Habitat

    Niveau piézométrique :

    Niveau atteint par l’eau dans un tube atteignant la nappe.

    Haut de page
  • - O -

    Ouvrage hydraulique (ou barrage) :

    Construction qui utilise l’énergie statique ou dynamique de l’eau entraînant une perturbation du fonctionnement naturel des cours d’eau.

    Haut de page
  • - P -

    Paramètre :

    Propriété du milieu ou d'une partie du milieu qui contribue à en apprécier les caractéristiques et/ou la qualité et/ou l'aptitude à des usages. Le paramètre se décline d'une part en deux types : quantitatif et qualitatif, et d'autre part en cinq natures : physique, chimique, environnemental, microbiologique et hydrobiologique. 

    Source : d'après ONEMA.

    Passe à poissons :

    Dispositif implanté sur un obstacle naturel ou artificiel qui permet aux poissons  migrateurs de franchir ces obstacles pour accéder à leurs zones de reproduction ou de développement.

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    PDPG :

    (Plan Départemental pour la Protection du Milieu aquatique et la Gestion des ressources piscicoles) : document technique qui liste toutes les actions nécessaires pour restaurer le contexte piscicole des cours d’eau du département.

    Périmètres de Protection :

    Limite de l'espace réservé réglementairement autour des captages utilisés pour l'alimentation en eau potable, après avis d'un hydrogéologue agréé. Les activités y sont interdites ou réglementées afin de préserver la ressource en eau, en évitant des pollutions chroniques ou accidentelles. On peut distinguer réglementairement trois périmètres : le périmètre de protection immédiate où les contraintes sont fortes (possibilités d'interdiction d'activités), le périmètre de protection rapprochée où les activités sont restreintes, et le périmètre éloigné pour garantir la pérennité de la ressource.

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    Pesticides ou Produits phytosanitaires :

    Produits destinés aux soins des végétaux. Les pesticides sont des produits phytosanitaires destinés à lutter contre les organismes jugés nuisibles. Les produits phytosanitaires regroupent un grand nombre de classes de produits telles que : les insecticides (qui tuent les insectes), les fongicides (qui éliminent les champignons), les herbicides (qui désherbent), les nématicides (qui tuent les nématodes et les vers de terre), les rodonticides (utilisés pour se débarrasser des différents rongeurs tels que rats, souris, mulots, …).

    Source : d'après Ifremer.

    Piézomètre :

    Dispositif servant à mesurer la hauteur piézométrique en un point donné d'un système aquifère qui indique la pression en ce point, en permettant l'observation ou l'enregistrement d'un niveau d’eau libre ou d'une pression.

    Plenissum flumen :

    Niveau maximal d'un cours d'eau juste avant le débordement général.

    PLGN :

    (Plan Loire Grandeur Nature) : plan global d’aménagement de la Loire visant à concilier la sécurité des personnes, la protection de l’environnement et le développement économique. Le 1er PLGN date de 1994. Actuellement, c’est le PLGN III qui est en vigueur.

    PLU (Plan local de l'Urbanisme) :

    Le PLU expose le projet global de l'urbanisme qui résume les intentions générales de la collectivité quant à l'évolution de son territoire. Il définit les règles d'aménagement et le droit des sols. Il indique les secteurs constructibles, les formes possibles des constructions, les zones qui restent naturelles, les parcelles réservées pour des constructions futures... Il est le document de référence obligatoire à l'instruction des différentes demandes d'occupation comme les permis de construire, les permis de démolir, les déclarations de travaux... Le PLU se substitue au POS (Plan d'Occupation des Sols).

    Poisson migrateur :

    Poisson qui se déplace périodiquement entre sa zone de reproduction et ses zones de développement (lieu de vie des juvéniles et des adultes). Certaines espèces vivent alternativement en douce et en eau de mer (poisson amphihalin), on les appelle « grands migrateurs ».

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    Polluants :

    Substance ou processus de nature physique, chimique ou biologique introduit par l'homme et susceptible de contaminer les divers écosystèmes, terrestres, limniques ou marins. Le polluant est une substance qui se trouve dans les différents milieux à une concentration supérieure, ou dans certains cas, différente de sa concentration habituelle. On distingue les polluants primaires (rejetés directement dans le milieu naturel) et les polluants secondaires (qui proviennent de réactions sur les premiers, ou entre eux).

    Source : d'après Ifremer.

    Pollution accidentelle :

    Pollution caractérisée par l'imprévisibilité de l'accident (moment, lieu, type de polluant, quantité déversée).

    Pollution chronique :

    Pollution permanente ou épisodique, connue ou prévisible, qui peut être très variable dans le temps.

    Source : d'après Ministère chargé de l'écologie.

    Pollution de l’eau :

    Rejet de substance ou d’énergie effectué ou non par l’être humain dans le milieu aquatique directement ou indirectement et ayant des conséquences de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources vivantes et à l’écosystème aquatique et à porter atteinte aux loisirs.

    Pollution diffuse :

    Pollution dont la ou les origines peuvent être généralement connues mais pour lesquelles il est impossible de repérer géographiquement des rejets dans les milieux aquatiques et les formations aquifères.  Les pratiques agricoles sur la surface cultivée peuvent être à l'origine de pollutions diffuses par entrainement de produits polluants dans les eaux qui percolent ou ruissellent.

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    PPRI (Plan de prévision du risque inondation) :

    C'est un outil de l'Etat destiné à préserver des vies humaines et à réduire les coûts des dommages causés par une inondation. Le PPRI a pour finalité d'établir une cartographie aussi précise que possible des zones à risques, d'interdire les implantations humaines dans les zones les plus dangereuses, de réduire la vulnérabilité des installations existantes et de préserver les capacités d'écoulement et d'expansion des crues.

    Prélèvement :

    Prise d'un échantillon en vue d'une analyse ou d'un essai. Plus généralement, les prélèvements d'eau regroupent l'ensemble des prélèvements liés aux activités générées par l'agriculture, l'industrie (y compris de l'énergie), l'alimentation en eau potable.

    Produits phytopharmaceutiques :

    Produits appliqués directement sur les végétaux (y compris dans le jardin et à l'intérieur de la maison) et sur les produits végétaux à l'intérieur comme à l'extérieur de l'exploitation ; produits appliqués indirectement (notamment pour la désinfection ou la désinfestation de locaux de stockage vides ou d'autres structures et articles comme les serres, les conteneurs, les caisses, les sacs, les barils, etc.) dont l'utilisation a pour objet la destruction exclusive et spécifique d'organismes nuisibles aux végétaux ou aux produits végétaux pour autant qu'après le traitement, les structures soient réservées exclusivement à la culture ou l'entreposage de végétaux ou de produits végétaux. Ces produits incluent les régulateurs de croissance d'arthropodes, les régulateurs de croissance de végétaux et les inhibiteurs de germination.

    Tous les herbicides, peu importe qu'ils soient appliqués sur le sol ou sur d'autres surfaces à des fins agricoles et non agricoles, sont considérés comme des produits phytopharmaceutiques.

    source : extrait document d'orientation adopté par la Commission et les autorités compétentes des États membres relatif à la directive des produits biocides (98/8/CE) et à la directive des produits phytopharmaceutiques (91/414/CE)

    Haut de page
  • - Q -

    QMNA5 :

    Débit moyen mensuel minimal annuel de période de retour 5 ans.

    Qualité microbiologique :

    Etat de l’eau caractérisé par un niveau de présences de microorganismes (virus, bactéries,…).

    Haut de page
  • - R -

    Recalibrage :

    Intervention sur un cours d’eau de façon à reprendre le lit et les berges pour augmenter sa capacité hydraulique.

    Recalibré :

    Qui a subit un recalibrage

    Régie :

    La régie constitue le mode de gestion directe (exploitation) du service public par la commune ou l’établissement public de coopération intercommunale.

    Régime :

    Voir Débit

    Rejet :

    Action de jeter, déverser ou laisser s'écouler dans les eaux superficielles ou souterraines une ou des substances quelconques. Les rejets peuvent être d'origine industrielle, domestique ou agricole. Ils peuvent être ponctuels ou diffus.

    Remembrement :

    Réunion de différentes parcelles en un seul tenant.

    Réseau piézométrique des nappes :

    Dispositif permettant de suivre les variations de niveau d’une nappe d’eau souterraine.

    Restauration :

    Action consistant à favoriser le retour à l'état antérieur d'un écosystème dégradé par abandon ou contrôle raisonné de l'action anthropique.

    Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et ONEMA.

    Retalutage :

    Travaux de restauration afin de  réduire la pente de la berge.

    Retenue d’eau ou réserve d’eau :

    Plan d'eau artificiel à vocation spécifique : hydroélectricité, soutien des étiages, irrigation, alimentation en eau potable…

    Ripisylve :

    Ensemble de la végétation des rives et berges des cours d’eau.

    Risque sanitaire :

    Danger ou inconvénient (immédiat ou à long terme) plus ou moins probable auquel la santé publique est exposée.

    Rive :

    Bord d'un cours d'eau (à ne pas confonde avec « rivage », bord de la mer) . On distingue la rive droite (en se plaçant dans le sens du courant d'un cours d'eau - de l'amont vers l'aval), la rive droite est située sur la droite) et la rive gauche (en se plaçant dans le sens du courant d'un cours d'eau (de l'amont vers l'aval), la rive gauche est située sur la gauche).

    Haut de page
  • - S -

    SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) :

    Institué pour un sous-bassin, un groupement de sous-bassins ou un système aquifère, le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) fixe les objectifs généraux et les dispositions permettant de satisfaire au principe de gestion équilibrée et durable de la ressource en eau ainsi que de préservation des milieux aquatiques et de protection du patrimoine piscicole. Il doit être compatible avec le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), ou rendu compatible dans un délai de trois ans suivant la mise à jour du SDAGE. Il est établi par une commission locale de l’eau (CLE) et est approuvé par le préfet.

    SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) :

    Le SCoT est un document d'orientation pour l'aménagement et l'urbanisation d'un territoire. Il définit le cadre de l'aménagement d'un territoire en termes d'habitat, d'environnement, de déplacement, d'équipement.

    SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) :

    Document de planification, établi à l'échelle du bassin hydrographique (Loire-Bretagne) qui établit les orientations fondamentales de la gestion de l’eau dans le bassin. Il comporte les enjeux de la politique de l’eau, les objectifs à atteindre et les actions à mener.

    SEQ EAU :

    Système d’évaluation de la qualité de l’eau basé sur la notion d’altérations et selon les usages de l’eau

    Servitude :

    Sujétion ou contrainte liée à l'usage d'un bien, d'un site, d'une installation. Des servitudes d'utilité publique peuvent être instaurées, par voie administrative légale après enquête publique, pour assurer la protection d'un bien commun (ressource en eau potable par exemple) ou des usagers, en limitant par exemple l'accès ou l'exploitation d'un site pollué.

    Source : d'après BRGM.

    SIG (Système d'Informations Géographiques) :

    Base de données géographiques et apparentées, relatives en général à un territoire déterminé, plus ou moins étendu. Elle est constituée de cartes géographiques géoréférencées et de noms de lieux.

    Station d’épuration (STEP) :

    Ensemble des installations chargées de traiter les eaux collectées par le réseau de collecte des eaux usées avant rejet dans le milieu naturel et dans le respect de la réglementation.

    Surber :

    Filet fixé sur un cadre métallique qui permet l'échantillonnage des macro-invertébrés benthiques.

     

    Surface Agricole Utile (SAU) :

    Surface constituée de l'ensemble des terres de l'exploitation vouées à la production agricole, c'est à dire les terres labourables, les surfaces toujours en herbe, les sols de cultures permanentes, les jachères et les jardins familiaux.

    Haut de page
  • - T -

    Taux d'étagement :

    Ratio entre la somme des chutes de barrages et la pente naturelle d’une rivière.

    Taxon :

    Unité systématique de détermination.

    Tronçon :

    Portion de cours d’eau de quelques centaines de mètres à quelques kilomètres. Un changement de tronçon peut être défini par la confluence d'un affluent, des modifications de la morphologie  du lit ou de la vallée, ou par des changements de la végétation riveraine.

    Source : d'après Cemagref.

    Haut de page
  • - U -

    Usages de l’eau :

    Actions d’utilisation de l’eau par l’être humain (usages eau potable, industriel, agricole, loisirs, …).

    Haut de page
  • - V -

    Variété :

    Nombre total de taxons identifiés (qu’ils soient représentés par 1 ou n individus).

    Haut de page
  • - Z -

    Zone humide :

    Milieu plus ou moins gorgé d'eau douce ou saumâtre, temporairement ou en permanence, et dont la végétation a un caractère hygrophile (qui absorbe l'eau) marqué : marais côtiers, vasières, prés salés, estuaire, ruisseaux, tourbières, étangs, mares, berge, prairies inondables.

    ZSCE (Zone Soumise à Contrainte Environnementale) : :

    Le décret n° 2007-882 du 14 mai 2007 relatif à certaines zones soumises à contraintes environnementales, codifié dans les articles R.114-1 à R.114-10 du code rural rend opérationnelles certaines dispositions issues de l’article 21 de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques, ainsi que des lois du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux et du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels. 12 captages de Maine-et-Loire font partie de la liste des 500 captages prioritaires établie à l’occasion du Grenelle de l’environnement. Ces captages feront l’objet d’un plan d’accompagnement sur les pollutions diffuses afin de promouvoir et d’aider à l’adaptation des exploitations et de leurs pratiques.

    Haut de page
Haut de page