La qualité de l'eau potable

L’eau est un bien indispensable à la vie et à la santé humaine. Fournir une eau de qualité constitue donc un enjeu essentiel. Le contrôle sanitaire de l’eau potable est placé sous la responsabilité de l’Agence Régionale de Santé et les analyses en Maine-et-Loire sont pour l’essentiel réalisées par le laboratoire INOVALYS (regroupement de laboratoires départementaux).


Le contrôle de la qualité de l’eau potable

La base juridique des règles pour les eaux destinées à la consommation humaine figure dans le code de la santé publique et ses textes d’application.
Ces textes déterminent les exigences de qualité pour les eaux brutes, eaux destinées à la production d’eau potable et pour les eaux distribuées, l’eau du robinet. Ils définissent également les modalités de contrôle sanitaire (lieu et fréquence des prélèvements, type d’analyses). La qualité de l’eau potable est donc contrôlée à tous les stades entre le pompage dans le milieu naturel et le robinet du consommateur.
Deux contrôles peuvent être différenciés : le contrôle organisé par le gestionnaire de la distribution qui doit s’assurer de la conformité de l’eau qu’il distribue et le contrôle réglementaire organisé par l’Etat, qui, sous l’égide du Préfet dans les départements, confie ses missions à l’Agence Régionale de Santé.

L’information des usagers sur la qualité

Ils existent plusieurs types d’informations qui sont également encadrées par la réglementation :

Les résultats d’analyses du contrôle sanitaire doivent être affichés en mairie et sont également disponibles pour les Pays de la Loire sur le site internet du ministère de la santé publiqueOpens external link in new window.

En complément, l’ARS des Pays de la Loire réalise annuellement un bilan de la qualité de l’eau potable sur le département de Maine-et-Loire :

Par ailleurs, un document annuel sur la qualité est transmis aux usagers avec la facture d'eau renseignant sur la qualité de l’eau à son robinet pour certains paramètres et une conclusion sanitaire sur l’année.


Enfin, en cas de dépassement de limites ou références de qualité ou de dégradation de la qualité de l’eau, le maire doit assurer une information circonstanciée de la population (nature des risques et dangers) en s’appuyant sur les conseils sanitaires de l’ARS.

Haut de page