L'organisation de la distribution

L’eau prélevée doit être distribuée vers de multiples consommateurs. Ainsi, des structures ont été mises en place pour gérer la production et la distribution et ainsi garantir l’accès à l’eau potable pour tous.


Les structures compétentes

Le département de Maine-et-Loire est divisé en 11 structures administratives compétentes en matière de distribution ou de production d’eau potable.

  • 1 structure est une commune indépendante (Ingrandes-Le Fresne-sur-Loire),
  • 5 structures sont des syndicats (dont 1 syndicat de production, SIDAEP Mauges Gâtine),
  • 1 structure est une communauté de communes (Baugeois Vallée),
  • 3 structures sont des communautés d’agglomération (Mauges Communauté, Saumur Val de Loire et Agglomération du Choletais),
  • 1 structure est une communauté urbaine (Angers Loire Métropole).

Suite à la parution de la loi de réforme des collectivités territoriales du 16 décembre 2010, le Préfet a mené une réflexion sur l’organisation intercommunale dans le domaine de l’eau potable. Un schéma départemental de coopération intercommunale a été réalisé en 2011 et l’arrêté préfectoral du 20 décembre 2011 permet de fixer les objectifs et de recommander certaines prises de compétences ou regroupement de collectivités.

Pour en savoir plus, consultez la rubrique « Les différents acteurs ».

L'observatoire national des services

L'observatoire national des services de l'eau potable et de l'assainissement vous donne accès aux informations et aux données sur les services publics d'eau potable et d'assainissement, leur organisation, leurs tarifs et leurs performances.

Retrouvez les informations sur le site national des servicesOpens external link in new window.

Retrouvez également les synthèses départementales et les cartes départementalesOpens external link in new window.

Les unités de production

Les eaux distribuées dans le département de Maine-et-Loire font l’objet d’un traitement avant distribution et ce, quelle que soit l’origine de l’eau.

Le code de la santé publique précise la typologie des procédés mis en œuvre :

  • A1 : Les traitements physiques simples suivis d’une désinfection.
  • A2 : Les traitements physiques-chimiques suivis d’une désinfection : on retrouve dans cette catégorie les traitements de déferrisation-démanganisation, décarbonatation et neutralisation. Les prélèvements dans le cénomanien à l’Est du département dans le socle et dans les sables du pliocène à l’Ouest du département sont concernés par ce type de traitement.
  • A3 : Les traitements complets : physiques, chimiques poussés suivi d’affinage et d’une désinfection : On retrouve dans cette catégorie les eaux de surface (rivière, fleuve, plans d’eau) mais également l’eau des alluvions de Loire. C’est cette catégorie d’usine qui nécessite les investissements les plus lourds compte tenu de la dégradation des ressources (pesticides, matière organique) et des exigences sanitaires accrues. L’affinage se fait en général sur un étage de charbon actif avec également dans certaines filières confrontées notamment à la présence de parasites, un traitement complémentaire sur membranes (Angers – Morannes, Durtal et en projet à Cholet).
Haut de page