Qualité physico-chimique 2017

La qualité des cours d'eau est surveillée par un ensemble de points de prélèvements réalisés par de nombreux organismes. Ce réseau est détaillé dans la rubrique "les réseaux de surveillance".

Pour en savoir plus, retrouvez le détails du système d'évaluation de la qualité utilisé pour l'élaboration de ces cartes.

Pour rappel, la qualité biologique des cours d'eau de Maine-et-Loire est moyenne à médiocre avec des disparités selon les indices. Le peuplement de diatomées est plutôt en état moyen, celui des invertébrés est très hétérogène selon le site de prélèvement et le peuplement piscicole est très dégradé mis à part quelques cours d'eau et la Loire.

  • Pour l'altération « Matières Organiques et Oxydables », la qualité des cours d'eau est moyenne en 2017 avec 30% des points classés en qualité moyenne et 30% en bonne et très bonne qualité. Il reste encore 23% de stations classées en qualité médiocre et 17% en mauvaise qualité. En 2017, on note une dégradation de cette altération en raison de l'impact d’une très faible hydrologie sur de nombreux cours d’eau.
  • Pour l’altération « matières azotées », la qualité 2017 est moyenne avec 40 % des points classés en bonne et très bonne qualité, 43 % en qualité moyenne, 11 % en classe de qualité médiocre et 6 % en mauvaise qualité. On note l’impact d’une très faible hydrologie sur de nombreux cours d’eau.
  • L’altération « nitrates » : la qualité des cours d'eau vis-à-vis du paramètre est médiocre avec 8% des points classés en mauvaise qualité, 55 % en qualité médiocre, 34 % en qualité moyenne et 3% en bonne qualité.
  • En ce qui concerne l’altération « matières phosphorées », la qualité est assez bonne : 46 % des points sont classés en bonne ou très bonne qualité et 34 % en qualité moyenne. 20 % des points sont de médiocre voire de mauvaise qualité.
  • Pour l’altération « phytoplancton », 87 % des points sont classés en bonne ou très bonne qualité, 9 % en qualité moyenne et 4% en qualité médiocre ou mauvaise. Il faut cependant noter que cette altération est très dépendante des conditions météorologiques (pluviométrie et température, notamment) et des caractéristiques des cours d'eau (pente, débit, ensoleillement).
  • Pour l'altération « pesticides », 35 % des points de surveillance sont classés en bonne qualité et 37 % en qualité moyenne. Il reste donc 28 % des points en qualité médiocre voire mauvaise. Il faut toutefois noter que ce système d'évaluation de la qualité ne tient pas compte de toutes les molécules retrouvées et de toutes les analyses faites sur le territoire.
  • Les recherches de pesticides sont effectuées par plusieurs laboratoires et le nombre de molécules recherchées peut fluctuer entre 200 et 300 avec des fréquences de 6 à 18 analyses par an.
  • 139 molécules différentes ont été retrouvées en 2017 sur 426 molécules recherchées. La molécule la plus fréquemment retrouvée (93 % des stations) est l’AMPA avec un maximum à 77 μg/l. Pour cette molécule, le seuil de bonne qualité est fixé à 0.7 μg/l.
Haut de page